Page principale
   

    Message vidéo du Secrétaire général des Nations Unies
    à l’occasion de la remise du prix des « quatre libertés »
    Middleburg, Pays Bas, le 8 mai

     

    Votre Majesté,

    Chers Amis,

    Je suis extrêmement désolé de ne pas être avec vous, en personne, aujourd’hui. Recevoir le prix des « quatre libertés » est un grand honneur qui a d’autant plus de signification pour moi en raison de sa relation avec Franklin et Eléonore Roosevelt.

    FDR est un héros et une source constante d’inspiration pour tous ceux d’entre nous qui travaillons aux Nations Unies.

    L’Organisation des Nations Unies a eu beaucoup de fondateurs. Cependant il a été, sans aucun doute, le plus prééminent d’entre eux.

    Il a été celui qui, au milieu de cette lutte légendaire contre l’agression et la barbarie nazie, était résolu à ce que ni l’Amérique ni le reste du monde ne traversent plus jamais un pareil conflit.

    Il a été celui qui a appelé de ses vœux la construction d’un système de sécurité global et permanent qui dans le futur maîtriserait toute velléité d’agression avant qu’elle n’échappe à tout contrôle.

    Il avait vu que les intérêts des Etats-Unis seraient mieux servi en unissant les autres grandes puissances par d’un système de sécurité collective, qui pourrait, comme le dit la Charte « sauver les générations futures du fléau de la guerre ».

    Malheureusement, il n’a pas vécu assez pour voir la naissance de l’Organisation des Nations Unies. Cependant avant sa mort, il avait convaincu d’autres leaders mondiaux de partager sa vision.

    Non moins important, il avait également convaincu ses propres compatriotes, tant Républicains et Démocrates. Depuis lors, les Présidents des Etats-Unis, des deux partis, ont travaillé avec les autres pays, aux et avec les Nations Unies, afin d’accomplir des choses qui étaient importantes pour Etats-Unis et pour le monde.

    L’Organisation des Nations Unies n’est pas, et ne devrait jamais être, une question de politiques partisanes, dans aucun de ses Etats membres.

    Nous ne devons pas non plus oublier la très importante contribution d’Eléonore Roosevelt à la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui a conduit l’Organisation des Nations Unies à devenir un forum pour l’édification de normes universelles.

    Les quatre libertés que FDR avait proclamé, sont le cœur même de cette Déclaration, comme elles le sont pour la Charte des Nations Unies.

    Leur importance pour la démocratie, et pour le monde en général, ne peuvent être niées.

    Ainsi, je vous remercie encore une fois pour ce grand honneur, et je remercie Sa Majesté la Reine Beatrix d’honorer cette cérémonie de sa présence.


    * * * * *


A PROPOS DU CENTREPAYSPERSONNELBIBLIOTHÈQUE CONTACTSÉVÉNEMENTSDOCUMENTSLIENSAJOUTS RÉCENTS